Chapitre 3

Points communs avec le Christ

Devant un personnage d'une telle envergure, beaucoup se posent légitimement des questions. Qui est cet homme qui fit les mêmes miracles que le Christ et qui vient renforcer l'enseignement de l'Evangile?
Observe qu'à notre tour, nous sommes comme les hébreux du temps du Christ. Ils attendaient le Messie, ils ne L'ont pas reconnu. Je m'adresse ici surtout aux chrétiens, catholiques ou non. Voici que le Ciel envoie un Être dont peu sont réellement conscients de sa véritable identité. Mais toi, que feras-tu? Rejetteras-tu cet Être si exceptionnel comme le Christ l'a été ou l'accepteras-tu lui et son enseignement? ...Que feras-tu?
Lis très attentivement ce qui suit :

Point Commun N°1 : Le Christ était là à la Création et sera là à la fin pour le jugement. Le Maître disait de lui-même à des proches : "J'étais là à la Création, je serai là à la fin".

Point Commun N°2 : Le Christ a été annoncé pendant près de mille ans par les prophètes. Le Maître disait de lui-même : "Je suis le chien du Berger et le plus petit d'entre vous", ou encore : "Je suis le plus vieux de vous tous. Personne de vous n'est aussi petit que moi" (11/02/1902). Or le Christ Lui-même annonce dans l'Evangile selon Saint-Matthieu 11-11 (Bible de Jérusalem) : "En vérité je vous le dis, parmi les enfants de femmes, il n'en a pas surgi de plus grand que Jean le Baptiste; et cependant le plus petit dans le Royaume des Cieux est plus grand que lui". Le Maître aussi a été annoncé et par le Christ Lui-même! ... ainsi que dans une autre parabole de l'Evangile que tu découvriras par la suite.

Point Commun N°3 : Le Christ naquit dans un petit village à Bethlehem puis vécut la première partie de Sa vie dans un petit village à Nazareth. Sa Mère s'appelait Marie, Son tuteur Joseph. De même, le Maître naquit dans un petit village de Savoie à Loisieux Sainte Croix. Sa mère s'appelait Marie (Vachod) et son père Joseph (Philippe). La naissance du Christ est célébrée en Occident le 25 décembre. Le Maître est né aussi le 25... le mercredi 25 avril 1849.

Point Commun N°4 : De son vivant, le Christ est annoncé par Jean dit le Baptiste qui baptise dans l'eau du Jourdain. Enceinte du Maître, sa mère fit une visite au Curé d'Ars qui lui révèle que son fils sera un être très élevé. Le curé d'Ars porte lui-aussi le prénom de Jean (Jean-Marie Vianney 1786-1859).

Point Commun N°5 : Peu avant la naissance du Christ, une étoile brillante guida les bergers et les Rois Mages vers Bethlehem. Pour la naissance de Maître Philippe, les gens de l'époque témoignent : "Lorsqu'approcha le moment de la naissance, sa mère se mit à chanter en tenant à la main une branche de laurier. Il faisait un orage épouvantable; on crut un moment que le village allait être emporté. Puis on vit une grande étoile très brillante. On revit cette étoile le jour de son baptême qui eut lieu à l'église de Loisieux, et le curé en fut frappé".

Point Commun N°6 : Le Christ est appelé "Rabbi", soit Maître par Ses disciples. De même ont fait les disciples de Maître Philippe de Lyon. Jean était le disciple que Jésus aimait. De même Jean... Jean Chapas était le disciple que le Maître aimait. Il le ressuscita deux fois.

Point Commun N°7 : La résurrection de Lazare par le Christ est bien connu de tous. De même, le Maître ressuscite deux fois Jean Chapas. Une fois à l'âge de 7 ans, Jean atteint d'une méningite s'éteint. Il fut reconnu mort par deux médecins à son chevet qui signèrent l'acte de décès. Il fut ramené à la vie par le Maître. Il mourut une seconde fois en 1899 de la fièvre typhoïde. L'acte de décès fut de nouveau établi. Et de nouveau, il fut ramené à la vie par le Maître. Jean disait de lui-même "je suis un mort en congé". (Vie et Enseignements de Jean Chapas).

Voici Jean... Jean Chapas dans cette incarnation.

Il décéda le 2 septembre 1932. Le Maître, à la résidence familiale, redonna vie aussi à un arbre mort depuis très longtemps.

Point Commun N°8 : "Je suis la porte des brebis" (Jean 10-7) ou "Moi, je suis la porte" (Jean 10-9), peut-on lire dans l'Evangile de Jean. Le Maître disait de lui-même : "Je suis la Porte, personne ne peut mourir sans me voir, sans que je le vois".

Point Commun N°9 : Le Christ fut rejeté d'Israël et de l'Eglise de son époque. De même, le Maître fut rejeté et incompris de l'Eglise Catholique Romaine en son temps.

Point Commun N°10 : Le Christ disait : "Mon royaume n'est pas de ce monde". De même, le Maître disait : "Mon pays n'est pas d'ici".

Point Commun N°11 : Evangile selon Saint Matthieu 11: 4-5 : "Allez rapporter à Jean ce que vous entendez et voyez : les aveugles voient et les boiteux marchent, les lépreux sont purifiés et les sourds entendent, les morts ressuscitent et la bonne nouvelle est annoncée aux pauvres".
Le Christ était connu pour Ses miracles, le Maître aussi. Ils avaient lieu lors de séances ouvertes à tous où plusieurs dizaines de personnes, parfois jusqu'à deux cents, y assistaient. Un jour, à une femme malade il dit : "Par l'intercession de la Vierge, je demande que cette malade aille mieux". Et elle fut mieux et il la fit marcher. (page 115, Les Réponses). N'as-tu pas lu dans l'Evangile de Marc 9: 38-40 (Bible de Jérusalem) sur l'usage du nom de Jésus?
"Jean lui dit : "Maître, nous avons vu quelqu'un expulser des démons en ton nom, quelqu'un qui ne nous suit pas et nous voulions l'empêcher, parce qu'il ne nous suivait pas." Mais Jésus dit : "Ne l'en empêchez pas, car il n'est personne qui puisse faire un miracle en invoquant mon nom et sitôt après parler mal de moi. Qui n'est pas contre nous est avec nous".
Le Maître disait de lui : "Non, je ne vous ai jamais dit que j'avais été l'un quelconque des apôtres du Christ. Je suis un pauvre pécheur du temps de Notre-Seigneur Jésus; j'étais avec les apôtres, voilà tout".

Point Commun N°12 : Le Christ est venu sur Terre pour donner l'exemple à suivre. De même le Maître donna l'exemple tout au long de sa vie.
Il disait : "Jésus est venu établir le règne de la charité et je suis venu pour consolider ses lois". (19/02/1894).
Tout l'argent récolté durant les séances du Maître était discrètement redistribué aux pauvres par Jean Chapas. On ne sut qu'après sa mort qu'il payait 52 loyers! Et à la fin de sa vie il ne restait presque plus rien de la fortune familiale.
"Oui je vous le répète, il est plus facile à un chameau de passer par un trou d'aiguille, qu'à un riche d'entrer dans le royaume des Cieux". (Evangile selon Saint Matthieu 19-24 (Bible de Jérusalem))

* * *

La liste n'est pas exhaustive. Par exemple, le Maître, comme le Christ, commandait aussi aux éléments de la Nature (Les Réponses, pages 13-14.) Mais dis-toi qu'on ne partage pas autant de points communs avec le Christ... par hasard.

Terminons par cette anecdote sur l'un des plus grands mystiques musulmans marocains Cheikh Bou Amama [1]. (1833 ou 1840? - 7 octobre 1908) surnommé ainsi, « Bou Amama », car toute sa vie durant il a porté un turban (âmama) sur la tête évoquant sa piété et son attachement à sa religion, l'Islam. Alfred Haehl raconte p53: "Bou Amama était à l'exposition universelle de 1900 à Paris. Papus lui avait parlé de M. Philippe et il avait exprimé le désir de se rendre à Lyon pour le voir. Il avait, disait-il, beaucoup de choses à lui dire. Je fus chargé de le recevoir et de le conduire à la séance au jour que M. Philippe avait fixé. Là, il resta un moment devant le Maître et je fus étonné de voir qu'il ne lui parlait pas. La séance terminée, nous descendîmes l'escalier, lui et moi, et nous allâmes nous asseoir sur un banc dans la cour où M. Philippe devait nous rejoindre. Là nous eûmes pendant vingt minutes une conversation générale, puis M. Philippe nous quitta. Et, comme j'exprimais à Bou Amama mon étonnement qu'il n'ait pas posé à M. Philippe les nombreuses questions dont il désirait l'entretenir, il me répondit : "Je lui ai tout dit, et il m'a répondu". Je lui demandais alors : "Que pensez-vous du Maître Philippe?". Il dit, levant l'index de la main droite : "Il est grand, il est très grand, il est le plus grand".

Cet homme, de confession musulmane, avait perçu ce que la grande majorité des chrétiens de son époque n'arrivait pas à voir. Alors toi, que feras-tu?

Nous terminerons avec cette précision. Anthelme Nizier Philippe, né le 25 avril (saint-Nizier), demanda à ses amis de lui souhaiter sa fête le dimanche des Rameaux. Les rameaux sont traditionnellement faits de buis, d'olivier, de palmier ou de laurier. Te rappelles-tu ce que faisait sa mère peu avant l'accouchement?

N'oublie jamais cette phrase du Maître : "Je te défends de dire qui je suis".





[1] Source Wikipédia.