Chapitre 7

L'Eglise Catholique de cette époque

En son temps, en Israël, Jésus avait fustigé les religieux de son époque. Il avait été rejeté. Il en est de même avec Maître Philippe de Lyon et l'Eglise de son temps : l'Eglise Catholique. Voilà pourquoi il est très peu connu encore à l'heure actuelle. Voici quelques citations du Maître sur l'Eglise de cette époque :

"Le rôle que la religion a joué dans le monde était fatal, mais il n'en est pas moins vrai que les prêtres sont aujourd'hui les serviteurs du diable plutôt que de Dieu. Il n'ont qu'un seul dieu qui est l'or, et s'il pouvait tuer tous ceux qui, comme moi, parlent au nom de Dieu, ils le feraient volontiers!
Et cela a été un bien qu'il se trouve des hommes d'opposition protestant contre la religion, défendant les enterrements civils et luttant contre le clergé afin de lui apprendre à suivre le progrès de l'esprit humain."
(Carnet de Victoire Philippe page 72 - 73)

"Il se fait bien un léger changement, car autrefois, la salle de séances se vidait aux environs de Pâques. Des malades, sur le conseil de prêtres, venaient me demander qu'on leur rendit leurs maladies de peur d'être damnés. Aujourd'hui, le vide est moins grand."

"Si j'avais voulu, j'aurais pu fonder une religion, et si celle de Christ n'avait pas été fondée, je l'aurais établie. L'Eglise enseigna longtemps que les enfants qui n'avaient pas été baptisés allaient aux limbes, c'est-à-dire ne voyaient jamais Dieu, ni son règne. Elle les a fait enterrer dans les cimetières à part des autres morts et cela a causé le désespoir de bien des mères! Or c'est une cause à mauvaise action, car le véritable baptême est celui du feu et de l'eau et c'est celui qui donne la vie."

"La véritable résurrection de la chair est la réincarnation. Cela explique tout. De même, la véritable communion est inconnue des prêtres. Ils ne savent pas ce que veulent dire : "Boire le sang et manger la chair de Jésus-Christ." Un jour, je vous l'expliquerai."

"Vous pouvez aller au confessionnal tant qu'il vous plaira, mais je vous déclare que l'absolution ne sera donnée qu'à celui qui aura payé ses dettes. Au lieu de ces pratiques, peut-être vaudrait-il mieux prier pour ces malheureux que l'on enferme dans les maisons centrales et qui sont mis au cachot lorsqu'ils n'ont pas fourni la tâche qu'on leur demande."

"L'absolution n'est qu'une satisfaction. Nous ne serons pardonnés qu'après avoir payé."

Le Maître a été vu au Vatican. Il prévint Léon XIII que si l'Eglise n'abandonnait pas quelques-uns de ses trésors, notamment en faisant fondre un certain nombres de statues en or conservées dans les caves du Vatican, elle aurait à souffrir de la part des gouvernements. Ce qui eut lieu comme chacun sait. (Les Réponses page 14. Référence aux guerres mondiales.)

Il y a deux Eglises Catholiques : Celle dans le Ciel qui est Sainte et toute puissante, le Maître la nomme "Eglise Universelle", c'est celle de la Charité... et l'Eglise Catholique sur Terre qui a d'énormes responsabilités. L'Eglise Catholique sur Terre, censée véhiculer l'enseignement de Christ, n'a pas souvent été à la hauteur, comme nous tous, ni du message ni de l'Homme. Nous avons tous tiré à boulets rouges sur cette Eglise, moi le premier. Cette Eglise me faisait peur. Et puis un jour je me suis dit : "Qui suis-je pour la juger? Je ne suis ni le Christ, ni le Maître, je fais partie de la création, je n'étais pas là avant comme Eux".
Je me disais : "Tu vois, cette Eglise, elle est comme nous. S'il était permis de savoir ce que nous avions fait durant ces milliers de vies passées, alors on s'apercevrait que nous aussi nous avons, comme cette Eglise, tué des gens, violé, torturé, volé, pillé, brûlé, cassé et je ne sais quoi encore".
Pour notre avancée, Dieu nous efface cette mémoire avant l'incarnation suivante car on ne pourrait pas supporter un tel passé... mais pour l'Eglise Catholique, c'est différent, elle s'inscrit dans l'histoire et reste avec son passé.

Il ne faut pas aussi oublier tous ces êtres qui sont petits dans l'Eglise et qui suivent le message. Tu as remarqué : à ces êtres petits, sans grade dans l'Eglise, le Seigneur ou La Très Sainte Vierge Marie leur apparaît pour diverses raisons mais jamais à ceux qui se croient grands et gradés.

Ce que dit le Maître est vrai, mais pour les catholiques de cette époque c'était intolérable à entendre. Ne faut-il pas enlever la poutre de son oeil un jour ou un autre afin d'avancer? Oui, mais cela fait mal de retirer cette poutre, voilà pourquoi on préfère vivre avec, même si c'est inconfortable.

Les prêtres n'ont pas tous les pouvoirs qu'ils prétendent avoir. À Jérusalem, lors de mon pèlerinage en décembre 2013, le prêtre de 83 ans, un homme très lumineux, nous donnait la messe et l'Eucharistie tous les jours. C'était vers la fin du voyage, il convia toute la troupe dans la chapelle pour bénir les objets chrétiens qu'on avait achetés. Au moment de la bénédiction du prêtre, je vis tomber du Ciel dans la chapelle des dizaines de colonnes de Lumière sur les objets à bénir!!! WAAOUH... quel émerveillement, quelle joie de voir ça! C'était beau! Je remerciais d'avoir reçu une telle grâce.
Mais à une autre réunion dans la chapelle pour la messe, ce même prêtre demande pour qu'on soit tous pardonné et là je ne vis aucune Lumière tomber du Ciel... Je me rappelais l'enseignement du Maître, les prêtres, à de très rares exceptions, n'ont pas le pouvoir de pardonner. Un jour, tu auras la joie d'être pardonné par le Ciel... tout ton corps vibrera et surtout... ta langue!!!

Le dernier jour du pèlerinage la messe eut lieu sur le chemin d'Emmaüs, non loin de Jérusalem, dans une église du douzième siècle. J'avais à mes pieds, dans mon sac à dos, un sac rempli d'hosties qu'une soeur m'avait vendu à Nazareth. Je n'en voulais pas autant, mais c'était soit le sac de 500, soit de 1000! J'ai pris celui de 500. Cette église du XII eme était vraiment belle. Au moment de l'eucharistie, je dis spontanément au Christ : "Seigneur, peux-Tu transsubstantier les hosties que j'ai dans mon sac à dos? Si telle est Ta volonté!". Silence...
Puis le prêtre fit la demande traditionnelle et là quel émerveillement, quelle joie!! Je vis à quelques centimètres de moi une colonne de Lumière de 10 à 15 centimètres de diamètre traverser cette église et atterrir sur mon sac à dos. Je comprenais ce qui se réalisait. Je remerciais vivement le Ciel de m'avoir accordé cette grâce. Quelques mois plus tard, je rencontrais un chrétien protestant, Paul. On eut l'occasion d'échanger sur la transsubstantiation. Je lui ai dit que c'était plus qu'un symbole, c'était une réalité!

Je n'étais pas catholique, je le suis devenu! Avant ce mois d'avril 2014, je pense, je me disais chrétien mais non catholique. J'avais même changé la formulation du Credo. Un jour, je vais à l'église de mon quartier pour prier devant la Croix. Je m'avance devant le Christ. Je Le regarde face à face, yeux dans les yeux, comme Il m'a appris à le faire. Au moment de la récitation du Credo, ma langue fourche. À la place de la formulation que j'avais mise en place "... à une Eglise Sainte, Une et Apostolique...", je dis : "... à la Sainte Eglise Catholique..." et là mon corps se mit à vibrer. J'en pris conscience et je m'arrêtais. Je dis : "Alors c'est ça que Tu veux! Tu veux que je dise : en la Sainte Eglise Catholique". Silence...
"Seigneur, je ne peux rien Te refuser, puisque c'est Ta volonté". Je me rappelais la deuxième vision du Christ dans sa Gloire... avec ce même chapeau qui coiffe le pape. Là était la signification de la deuxième vision du Christ que j'avais eue. C'était Lui, le vrai chef de l'Eglise. Depuis ce jour, je récite le Credo comme il se doit. L'Eglise Catholique ne me fait plus peur. J'ai prié pour l'unification de toutes les églises chrétiennes. Après tout, c'est Sa Volonté! Mais il faudra que beaucoup renoncent à de nombreux privilèges pour que cela se réalise. Le Maître disait : "Que Ta Volonté se fasse sur la Terre comme au Ciel... mais on pense avant tout à la nôtre"...